profile image
EN
  • Anglais
  • Allemand
  • Espagnol
  • Français
EN
  • Anglais
  • Allemand
  • Espagnol
  • Français

Le rôle de l'économie de l'unité dans les résultats rentables

Le rôle de l'économie de l'unité dans les résultats rentables

Dans le vaste monde de la finance, l'activité de prêt reste l'une des parties les plus complexes mais les plus importantes. Chaque transaction, chaque prêt accordé, et même chaque code promotionnel accordé est le reflet d'une danse complexe de chiffres et de stratégies. Au centre de cette danse se trouve un concept qui constitue l'épine dorsale de la compréhension de la rentabilité et de la durabilité : l'économie unitaire.

S'appuyant sur notre expérience, nous partageons cet article pour vous permettre de mieux comprendre le fonctionnement de l'économie d'unité. Nous allons parcourir les détails complexes du secteur des prêts, en décryptant la façon dont l'économie d'unité fournit des informations essentielles qui conduisent au succès dans ce secteur.

L'économie d'unité est un élément clé de l'économie d'entreprise et de la durabilité.

Comprendre l'économie d'unité

L'économie d'unité offre une perspective à travers laquelle le modèle d'affaires d'une entreprise peut être examiné de près. L'économie d'unité se concentre sur la rentabilité de la production et de la vente de chaque unité individuelle d'un produit, en mettant l'accent sur le fait que les revenus dépassent constamment les coûts.

Distincte des mesures financières traditionnelles, l'économie d'unité va plus loin, soulignant et affinant chaque étape de la création d'un produit ou d'un service. Cette approche offre aux entreprises une voie plus claire pour optimiser chaque phase de la production et améliorer la rentabilité.

Décodage de l'économie d'unité dans l'activité de prêt

Au premier abord, l'activité de prêt peut sembler élémentaire : prêter de l'argent et accumuler des intérêts. Toutefois, en y regardant de plus près, on s'aperçoit qu'il s'agit d'une science complexe. Nos partenaires (initiateurs de prêts) travaillent souvent avec plus de 200 rapports en temps réel, chacun numérisé et nuancé. Chaque rapport n'est pas qu'un simple chiffre, mais représente des analyses complètes, un processus défini et un personnel dévoué.

L'objectif est d'améliorer la qualité de l'information.

Voici un exemple de rapport. Tous les détails sensibles ou commercialement significatifs ont été dissimulés, uniquement à des fins d'illustration.

The Role of Unit Economics in Profitable Outcomes chart 1 

Ces personnes gèrent et optimisent ces chiffres afin d'assurer un bénéfice maximal à l'ensemble de l'organisation. Par exemple, nous avons un gestionnaire de produits qui se consacre exclusivement à l'enregistrement. Son objectif principal est de s'assurer que sur 100 clients qui entament le processus d'enregistrement, nous accordons des prêts à chacun d'entre eux. C'est pourquoi il examine et analyse chaque étape de l'inscription, en notant le nombre de clients qui abandonnent et le nombre de secondes qu'il faut pour remplir chaque champ. Les gestionnaires de risques, quant à eux, s'efforcent d'accorder des prêts au plus grand nombre possible de clients.

1. Portefeuille actif

Un principe fondamental de l'activité de prêt est la taille du portefeuille actif. C'est dans ce portefeuille que les intérêts sont accumulés. Ainsi, plus votre portefeuille de prêts actifs est important, plus vos revenus sont élevés. Il est essentiel de noter que le portefeuille actif n'est qu'un segment du portefeuille total de prêts d'une entreprise, qui comprend également des catégories telles que les portefeuilles en souffrance, restructurés et étendus. Bien que tous ces portefeuilles soient générateurs de revenus, l'accent est mis sur la taille du portefeuille actif.

Pour visualiser l'activité de prêt, imaginez une baignoire avec de l'eau (de l'argent) qui entre et sort constamment. L'objectif est de faire en sorte que la baignoire soit remplie de manière optimale &ndash ; qu'elle ne déborde pas et qu'elle ne soit pas à sec. L'eau diminue lorsqu'il y a des arriérés et se remplit à chaque fois qu'un prêt est accordé.

La baignoire doit être bien remplie.

Voici un exemple de portefeuille ukrainien: 

The Role of Unit Economics in Profitable Outcomes chart 2

Le rôle de l'économie de l'unité dans les résultats rentables est un élément essentiel de l'économie de l'unité.

2. le chèque moyen

Au cœur de ce mécanisme se trouve le montant du "chèque moyen", qui tourne autour des demandes de crédit &ndash ; le cœur de l'activité de prêt. Un investissement de X dollars en marketing permet d'acquérir un client potentiel. Ce n'est que lorsque cet utilisateur fait une demande de crédit qu'il passe du statut de prospect à celui de client.

Le suivi de l'entonnoir d'inscription est vital. Il est essentiel de comprendre le taux d'abandon à chaque étape et de viser un taux d'achèvement de 100 %. Des équipes spécialisées au sein de notre partenaire supervisent avec diligence chaque étape de l'entonnoir, s'efforçant d'atteindre la perfection.

3. taux d'approbation

Un autre indicateur clé est le taux d'approbation des demandes de prêt. Les gestionnaires de risques supervisent ce processus, en évaluant la crédibilité de chaque client et en déterminant l'éligibilité du prêt. Notre conversation dans Lonvest Blog avec Timur Bugayevsky, responsable de Data Since Lab, a mis en lumière les subtilités de la gestion des risques dans le domaine des prêts.

La gestion des risques dans le domaine des prêts est un processus complexe et complexe.

Bien que le crédit émis soit une mesure cruciale dans l'économie des unités, ce n'est que la surface. Des décisions et des coûts importants entrent en jeu bien avant qu'un prêt ne soit accordé.

La décomposition du parcours du client en unités révèle :

Coût par demande : Dépenses de marketing pour chaque demande soumise.Coût par demandeTaux de conversion des inscriptions : Pourcentage de clients ayant terminé leur inscription.Taux d'approbation : Pourcentage de demandes de prêt approuvées.Coût du scoring : Coût de l'évaluation d'une seule demande de prêt.Chèque moyen : Montant moyen du prêt déboursé.Fréquence des prêts : Nombre de prêts décaissés quotidiennement/mensuellement.Volume du portefeuille de prêts : Montant total déboursé pour les clients et ses classifications &ndash ; actif, restructuré, en retard et prolongé.La Banque de France est une institution financière de premier plan qui a pour mission de promouvoir le développement durable.Taux de défaut : Pourcentage de prêts en défaut à différents intervalles.Ratio de recouvrement : Pourcentage des remboursements par rapport à la dette globale au cours d'une période donnée.

Ces indicateurs ne sont qu'un aperçu. Chacun d'entre eux peut être décomposé en mesures plus détaillées, les processus de chacun étant de plus en plus numérisés.

Par essence, l'activité de prêt fonctionne comme un orchestre. Une coordination sans faille entre tous les participants garantit le succès du collectif. L'objectif primordial de chaque directeur général dans le domaine du prêt est d'affiner chaque processus opérationnel pour atteindre une efficacité maximale. Chaque indicateur, chaque demande et chaque détail comptent &ndash ; rien ne doit passer entre les mailles du filet.

Influences sur l'économie des unités dans les activités de prêt

En pénétrant dans les méandres de l'activité de prêt, on découvre une pléthore de facteurs qui peuvent influencer de manière significative ses résultats financiers. Des facteurs aussi banals que l'heure, la position d'une date dans le mois ou même le nombre de jours fériés dans un mois donné peuvent jouer un rôle crucial. Au-delà de ces influences immédiates, des indicateurs économiques plus larges &mdash ; comme le PIB du pays, les taux de chômage et le climat économique général &mdash ; ont également un poids considérable.

Toutefois, il ne suffit pas d'identifier ces facteurs d'influence. La véritable valeur réside dans l'exploitation de ces connaissances pour une gestion proactive.

Gestion de portefeuille efficace en un mois

Par exemple, si nous prévoyons un mois avec davantage de jours fériés, nous pouvons ajuster stratégiquement nos plans de chiffre d'affaires pour garantir un flux de trésorerie constant, répondant ainsi efficacement aux demandes de nos clients. De même, si les projections suggèrent une diminution potentielle de 1 % des fonds pour le mois à venir, il est vital de s'y préparer. Cette prévoyance permet à l'entreprise de faire face à une augmentation inattendue des demandes de prêt sans interruption.

Intégrer l'économie des unités dans la gestion des risques

L'économie des unités dans la gestion des risques

Au fond, le risque dans l'activité de prêt semble binaire : soit un client rembourse le prêt (1), soit il ne le fait pas (0). Cependant, lorsque nous allons au-delà de cette perspective binaire, nous découvrons un paysage nuancé de points de données :

Les risques de crédit sont des risques qui ne peuvent pas être maîtrisés par les institutions financières.

  • Quand le remboursement aura-t-il lieu ? (Rapidement ? Tardivement ? Si tardivement, de combien de jours ?)

     

  • La date d'échéance de la demande de remboursement est fixée par l'autorité compétente.
  • Combien d'intérêts le client paiera-t-il ?

     

  • Quelles ressources seront mises en œuvre pour assurer le remboursement ?

En examinant minutieusement chaque étape du processus de prêt, nous pouvons affiner les stratégies de gestion des risques. Prenons, par exemple, le taux moyen d'un prêt accordé.

Comment fonctionnent les ventes et les promotions dans l'entreprise de débarquement.

Une observation intrigante est que lorsque les clients se voient offrir plus de codes promotionnels, ils ont tendance à demander un montant de prêt plus élevé et, paradoxalement, sont plus enclins à le rembourser. On pourrait penser le contraire &ndash, à savoir qu'il est plus difficile de rembourser un montant plus élevé. Mais le raisonnement est simple : tout emprunteur consciencieux évalue le montant qu'il peut confortablement rembourser à court terme (par exemple, dans les 10 à 30 jours). Ainsi, si un emprunteur sait qu'il peut rembourser 100 EUR en 10 jours, il optera peut-être pour un prêt de 100 EUR avec une commission de 10 EUR, compte tenu d'un certain taux promotionnel. En revanche, avec un code promo plus généreux (qui se traduit par un taux d'intérêt plus bas), il pourrait demander un prêt de 115 EUR et ne payer que 5 EUR de commission.

La commission est de 5 EUR.

A l'inverse, les clients qui n'ont pas l'intention de rembourser sont bien conscients de leur plan avant même de faire leur demande. Ils peuvent emprunter à n'importe quel taux d'intérêt, même exorbitant. Pour eux, le taux n'a aucune importance. Cette relation entre l'importance du taux d'intérêt et le risque met en évidence la dynamique complexe du crédit.

Intégrer l'économie des unités à la stratégie pour maximiser le LTV des clients

Les prêts à court terme s'adressent généralement à ceux qui ne peuvent pas être servis par les banques traditionnelles. Par conséquent, la valeur à vie (LTV) des clients dans ce secteur présente des défis uniques. Certains clients améliorent progressivement leur situation financière, empruntent moins souvent et finissent par être éligibles aux prêts bancaires. D'autres peuvent voir leur situation financière se dégrader et les établissements de crédit, soucieux d'éviter d'endetter davantage leurs clients, peuvent cesser de leur accorder des prêts.

La valeur à vie des clients dans ce secteur présente des défis uniques.

Ce délicat exercice d'équilibre consiste à aider les clients tout en distinguant les emprunteurs responsables de ceux qui le sont moins et en veillant à ne pas les surcharger financièrement. Les clients sont souvent mécontents du montant du prêt ou du chèque moyen qui leur est accordé. Cependant, la fixation de ce chèque moyen n'est pas arbitraire ; elle est conçue pour s'aligner sur un montant que l'emprunteur peut raisonnablement rembourser. De même, lors de la détermination des taux d'intérêt, l'objectif est double : assurer le remboursement du prêt tout en favorisant une perception d'équité aux yeux du client. En substance, en ajustant stratégiquement le chèque moyen et les taux d'intérêt, les prêteurs visent à guider et à éduquer leur clientèle, en évitant les pièges potentiels de l'endettement.

En comprenant parfaitement des facteurs tels que le coût d'acquisition des clients, les taux de conversion de l'entonnoir, les dépenses liées à l'authentification et à l'évaluation des clients, et la durée moyenne des prêts, les prêteurs peuvent décider astucieusement quels prêts accorder, à qui, et à quel taux d'intérêt. Cette approche nuancée garantit le fonctionnement durable du mécanisme de prêt.

La poursuite de l'excellence

La danse des chiffres dans le secteur des prêts ne se limite pas à l'octroi de prêts et à l'attente d'un retour sur investissement. Il s'agit de comprendre, d'élaborer des stratégies et d'optimiser chaque petit élément qui a un impact sur l'ensemble. L'économie d'unité sert de phare, guidant les entreprises à travers les chemins complexes du paysage du prêt. En adoptant et en mettant en œuvre les principes de l'économie d'unité, les entreprises de prêt peuvent s'assurer non seulement de survivre, mais aussi de prospérer dans un environnement financier difficile. Alors que le monde du prêt continue d'évoluer, ceux qui disposent des connaissances approfondies fournies par l'économie d'unité ouvriront sans aucun doute la voie.

Lonvest est une plateforme d'investissement P2P où les investisseurs peuvent gagner jusqu'à 15% d'intérêts en fonction du pays et de l'initiateur du prêt. Nous nous adaptons à différentes préférences, offrant des investissements à court et moyen terme avec des revenus passifs attractifs.
©2023, Lonvest P2P Investment Platform LLC. Tous droits réservés